Paris-Versailles : contrat rempli !

Publié le par © Fred

Dimanche 28 septembre 2014, pour la deuxième année consécutive, je participais avec mon entreprise, à la course du Paris Versailles.

 

Pour cette 37ème édition, 25 000 personnes s’étaient donné rendez-vous au pied de la Tour Eiffel pour regagner, le plus vite possible, l’avenue menant au château de Versailles. Pas moins de 16km à parcourir avec la redoutable côte des Gardes, longue de 2km.

 

Salope de côte…

C’est justement cette côte que je redoute. L’année dernière, elle m’avait été fatale. Raison pour laquelle je prends un départ relativement prudent (3’38’’ au 1er km et 19’38’’ au 5ème km). J'aperçois, non loin, Olivier Hermouet mais je le laisse naturellement filer à son rythme. Je n’ai que la côte en tête, je pense à elle, je l’attends de pied ferme. Puis là-voilà. Elle ose me défier avec son dénivelé abrupt. Les premières centaines de mètres sont difficiles. Je ne me contrôle pas et m’entends même lâcher vertement « ah la salope » ! Et quand on croit qu’elle s’arrête enfin, non, elle remonte de plus belle. On entend les spectateurs nous encourager. Cela fait du bien. Je pense aussi à celle et ceux que j’aime. A mon frère Christophe qui n’a jamais rien lâché. Et je ne vais, moi non, plus rien lâcher, malgré le cardio qui s’affole. Et après plus de 2km et 130 mètres de dénivelé, me voilà en haut. Le plus dur est derrière moi...

 

Des étoiles dans les yeux !

Au sortir de la côte, je sens que je suis bien. Au passage du 10ème kilomètre, je passe en 41’32’’, soit près de 30 secondes d’avance sur mon objectif : celui de faire mieux que mon collègue et triathlète Patrick qui avait réalisé 1h07’ l’an passé. Les longues descentes qui suivent sont un pur bonheur : je retrouve du jus, ma foulée est ample et dynamique, j’ai des étoiles dans les yeux. Bientôt, je les ai même dans le dos, dépassant un coureur des Etoiles du 8ème. J'en rattrape plus d'un, et ne fait preuve d'aucune galanterie lorsque je passe devant celle qui finira 15ème féminine (dossard  147). J’ai même encore de la force dans les jambes lorsque je dois grimper les dernières montées. J’ai aussi le mental. Oui, en ce dernier dimanche de septembre, j’ai retrouvé l’œil du tigre !

 

Je savoure les derniers hectomètres, satisfait de ma prestation du jour. Car, malgré le peu de foncier accumulé ces derniers mois, je réalise un chrono au-delà de mon objectif : 1h04’56’’ (265ème place). Le contrat est rempli.  

 

Voir les résultats

Paris-Versailles : contrat rempli !
Paris-Versailles : contrat rempli !
Paris-Versailles : contrat rempli !
Paris-Versailles : contrat rempli !
Paris-Versailles : contrat rempli !
Paris-Versailles : contrat rempli !
Paris-Versailles : contrat rempli !
Paris-Versailles : contrat rempli !

Publié dans Courses

Commenter cet article

velos-elliptiques 10/12/2014 09:17

Super article et belle course surtout ! Bravo !

Christopher 30/09/2014 17:40

T'es un bel athlète Fred aussi bien physiquement que ta philosophie...Suis fier.
Lache rien et ne change rien.
Ton Fréro.

Sofiane 11/10/2014 22:03

Belle course Fred !
Encore bravo !

David L 30/09/2014 15:02

Rendez vous l'année prochaine ouai ! Je serais là mais pour de vrai cette fois ci :D

cheminorezo 30/09/2014 14:43

Ah oui mais non : on ne saura jamais ce qu'un triathlète aurait pu faire avec le soleil de dimanche, à la place des nuages et des routes glissantes de l'an dernier... Rendez-vous en 2015 pour la match final !

© Fred 30/09/2014 14:51

Le roi soleil de Versailles t'aurait achevé Pat' ! ;-) Mais ok, rdv l'année prochaine pour la belle !

Sandrine 30/09/2014 14:41

BRAVOOOOO !!!!