L’enfer du dimanche !

Publié le par © Fred

depart-marathon-de-nantes-2012.jpgAvant de rejoindre le SAS de départ peu avant 9h ce dimanche 15 avril, mon frère Christophe me souhaite "bon vent". Faut dire qu’Eole, Dieu des vents, a bel et bien décidé de participer lui aussi au Marathon de Nantes et de jouer les trouble-fête ! Qu'importe, je reste concentré sur mon objectif et prend le départ avec l'allure de 4'08" au kilo. Je regarde ma montre sur les premiers kilomètres pour vérifier que je suis dans le bon tempo. Pas de soucis. Avec mes lunettes de soleil Prada, je ne devine alors pas que le diable m’attend patiemment à quelques encablures plus loin.

 

Au passage du 10ème kilomètre, je suis parfaitement dans les temps, malgré les bourrasques de vent. Je passe en 41’20’’, c’est parfait mais je sais que le plus dur reste à venir. Au 15ème kilo, je constate que j’ai légèrement ralenti, passant alors en 1h02’33’’. Je me cale alors derrière un concurrent pour éviter tant que faire se peut les rafales de vent. Nous arrivons près du semi et soyons honnête, je ne suis pas aussi à l’aise que je devrais l’être.  Si j’ai parcouru la première moitié en un peu plus d’1h28 relativement facilement, la seconde moitié s’annonce une longue descente aux enfers….

 

L’enfer du devoir

Peu à peu, mon allure ralentit et, au 24ème kilomètre, le meneur d’allures des -3h et sa garde rapprochée me rattrapent ! Je reste positif dans la tête et m’accroche à leurs jambes. Pendant 3 kilomètres, je réussis à maintenir cette allure « d’enfer » ! Au 27ème kilomètre, je lâche prise. Déjà, les premières crampes se font sentir. A partir de là, chaque mètre va devenir un véritable supplice ! Pourtant, je sais que je n’abdiquerai pas. Jamais, je n’ai abandonné une course et ce n’est pas aujourd’hui que cela arrivera. Aller jusqu’au bout, tel est mon devoir.

 

Chemin de croix !

arrivee-marathon-de-nantes-2012.jpgMon allure ralentit de plus en plus, les crampes deviennent trop douloureuses. Nous sommes seulement au 30ème kilomètre, et je suis contraint de m’arrêter. La douleur qui frappe mes jambes est trop grande. Je m’étire. Je marche, je trottine quelques dizaines de mètres, parfois même quelques centaines, ce qui me parait un véritable exploit. Au 37ème kilomètre, mon cousin Eric et sa femme Fabienne m’encouragent. Je m’arrête pour les saluer et leur explique dans quel état je suis. La plâtrée de pâtes qu’ils m’ont copieusement servi la veille n’aura malheureusement pas fait le poids face à l’acide lactique qui se déverse dans mes jambes !

 

Je marche seul !

Les derniers kilomètres paraissent interminables, malgré les encouragements du public dans le centre ville. J’alterne entre marche et footing, au ralenti. J’ai parfois même l’impression d’avancer plus vite en marchant. Le vent se déchaine et je commence à avoir froid. Vite, qu’on en termine. Ca y’est, je franchis la ligne d’arrivée en 3h25’49’’. Il faut maintenant regagner l’hôtel. 1,5 km supplémentaire à parcourir seul puisque mon frère ne m’a pas retrouvé dans la foule de coureurs. Me voilà donc dans les rues de Nantes, je marche seul sans témoin, sans personne, que mes pas qui résonnent, je marche seul. Il me reste 500 mètres à parcourir mais j’en peux plus et j’ai froid. Je fais signe à une voiture de s’arrêter…par chance elle me prend en stop, quel soulagement !

 

La vérité en face

La vérité, je vous le dis, c’est que je suis un vrai faux marathonien. Chaque individu possède à la fois des fibres musculaires endurantes (« fibres rouges ») et rapides (« fibres blanches »), ces dernières étant associées aux activités intenses et de courte durée. Ancien pistard, mes muscles sont quant à eux riches en fibres blanches. L’entraînement peut amener de petits changements dans les proportions des différentes fibres musculaires, mais bien souvent cela ne suffit pas. Ancien sprinter aux côtés de Roger Bambuck, mon père Patrick Suquet m’a donc transmis ses fibres blanches. Je vais donc me remettre sur des distances plus courtes et ainsi honorer dignement, comme lorsque j’avais 20 ans, cet héritage que m’a transmis mon père…

 

Publié dans Courses

Commenter cet article

Maman Roselyne 18/04/2012 10:28


Bravo mon fiston. Ton courage et ta ténacité ont eu raison du Diable habillé en basket Prada. Alors RV pour un prochain challenge sur la piste.


Bisous

© Fred 18/04/2012 11:15



Thanks mum' ! Oui, c'est bientôt reparti pour un nouveau tour...de piste ! :-)



hugon 17/04/2012 20:28


Les crampes sont plutôt liées à l'hydratation normalement


Je suis moi aussi sujet au problème...


Je comprends ta déception, la CAP c'est beaucoup d'émotion et quand cela ne fonctionne pas comme prévu c'est dur...

© Fred 18/04/2012 11:13



J'ai pris la précaution de boire à chaque ravitaillement. Je crois que je ne suis pas fait pour le marathon. Et ta belle soeur, ca a donné quoi sur le marathon ? Et toi tu cours ?



patrick Rouchette 17/04/2012 08:21


Le froid et le vent sont aussi les ennemis des marathoniens. Ce sont les fibres blanches qui sont celles de l'endurance. Bref rien de bien grave. Je pense franchement qu'il faut surtout analyser
ton entrainement et surtout ta diététique des 10 derniers jours, des 2 jours avant, le matin et pendant la course.


La solution est dans ces petits détails qui ne sont pas vraiment valorisés par les journaux et les plans marathon. C'est comme cela que l'on passe un marathon correctement.


Amitiés et félicitations

© Fred 17/04/2012 11:04



Merci Patrick. Je pensais aussi que les fibres blanches étaient celles de l'endurance mais après vérification sur Internet, c'est bien les rouges. Pour ce qui est de la diététique, il me semble
avoir fait tout ce qu'il fallait. Cela fait 5 fois que je fais le marathon et 5 fois que j'ai des crampes. Je pense tout simplement que je ne suis pas fait pour cette distance...



SUQUET 16/04/2012 17:12


Hi brother,


Malgré cette perfomance décevante, ton courage, ta ténacité et ta persévérence à toutes épreuves honorent ce GRAND athlète que tu es.


Je suis fier de ton parcours parcouru jusqu'ici et il n'est jamais trop tard pour que tu nous surprennes à nouveau .....vers de nouveaux
horizons"chronométriques".!!!


Alors, récupère comme il se doit et nous attendrons que tu reviennes à tes tours de piste pour nous raconter des récits digne d'un" céréal champion".!! 


Affectueusement,


Ton frèro Christophe.

© Fred 17/04/2012 11:11



Thanks bro' !


Vivement que je retrouve la "piste magique", pour faire tourner le moteur à plein régime sur des distances qui me correspondent mieux. a++



Running Nantes 16/04/2012 15:08


Quel courage d'avoir fini dans ses conditions. Je sais que tu avais un objectif bien plus ambitieux mais tu réalises l'objectif que je m'étais fixé. On fera mieux la prochaine fois, il faut se
dire qu'hier c'était une journée sans pour nous. Bon repos. 

© Fred 17/04/2012 11:09



merci et bon repos à toi aussi. Pour moi, je pense que je vais mettre une croix sur la distance pour un bon moment ! a+